Avr 5, 2020
767 Views
1 0

La fixation d’objectifs

Written by Seb
Temps de lecture estimé : 6 minutes

La fixation d’objectifs

Pour atteindre la liberté financière et devenir rentier grâce à ses revenus passifs (c.f. C’est quoi la liberté financière), il est important d’avoir des objectifs.

Tout d’abord, il faut savoir que les personnes qui se fixent des objectifs ont bien plus de chance de produire les résultats qu’ils désirent, que ceux qui simplement « travaillent dur » en espérant qu’une bonne nouvelle tombera du ciel.

Alors pourquoi s’en passer et ne pas s’en fixer?

Savez-vous pourquoi certaines personnes se plaignent de ne pas avoir d’argent, d’être seuls ou bien de ne pas avoir de chance? Simplement parce qu’ils ne se sont pas fixé d’objectifs pour arriver à leur fin. C’est les seules personnes à blâmer car au final c’est eux qui ont décidé de ce qui leur arrivait.

Albert Einstein est formel : « La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent. »

Qu’est-ce qu’un objectif ?

Il y a 2 grandes familles d’objectifs : les objectifs basés sur le temps, et les objectifs affectant les domaines de votre vie. Voyons tout ça.

Les gens ont tendance à penser qu’on objectif est quelque chose d’important, d’extraordinaire, ou de très grand. Que l’atteinte de cet objectif doit signifier un important changement au niveau financier, ou au niveau de sa vie ou encore de la société.

Mais ceci est faux.

Tout ça, c’est des objectifs généraux et impersonnels. Ce sont souvent des objectifs qui nous sont fixés par la société ou notre entourage, ou encore notre éducation.

Comment se fixer des bons objectifs?

Afin de ne pas généraliser un objectif, il est important que cet objectif soit personnel.

Par exemple si vous adorez courir, vous pourriez vous fixer comme objectif de vouloir courir le marathon de New York (42 km), le 1er novembre 2020.

Note : Evidemment c’est un exemple, pour avoir une chance d’y arriver il faut déjà être capable de courir plusieurs km sans s’arrêter ou sans tomber 🙂

La transformation en sous-objectifs

Ceci est un objectif ambitieux malgré tout, on va le transformer en sous-objectifs.

Pour ça, on va se fixer comme objectif de courir au début une heure 2x par semaine pendant un mois. Puis une heure 3x par semaine pendant le mois suivant, ensuite 2x une heure et demie et ainsi de suite.

Au bout de quelques mois, vous serez capable de courir 25, 30 ou même 35 km, et vous pourrez courir d’une traite un marathon en 4 ou 5 heures. Pour le faire en 2 heures il faudra un peu plus d’entraînement 🙂

A noter ce qui est important ici : chacun des objectifs que j’ai énoncé est SMART.

SMART

Je vous vois déjà vous demander : « C’est quoi ça encore? » 🙂

SMART (intelligent en anglais) est un moyen mnémotechnique permettant de décrire les objectifs que l’on veut exprimer de façon la plus claire, la plus simple à comprendre et pour lesquels les résultats sont réalisables.

Ça nous vient du concept de management par objectifs parfois utilisé dans les grandes entreprises, inventé en 1954. En fait cette méthode consiste à identifier des objectifs quantitatifs et/ou qualitatifs sur une période définie.

Et voilà clairement ce que ça veut dire SMART :

  • Spécifique (ou Simple à comprendre)
  • Mesurable
  • Acceptable (ou Ambitieux, Atteignable)
  • Réaliste
  • Temporellement défini

Voyons chaque point en détail et voyons comment notre coureur de marathon pourrait définir ses objectifs.

Objectif smart

Spécifique (ou Simple à comprendre)

Un objectif spécifique doit être en lien direct avec le but qu’on veut atteindre. En plus, un objectif peut être également qualifié de simple car il doit être simple à comprendre, clair et précis. On devrait être capable de l’expliquer à un enfant de 5 ans.

Pour notre futur marathonien : Courir une heure 2x par semaine pendant un mois. C’est assez spécifique pour être expliqué à un enfant.

Mesurable

Un objectif mesurable doit être quantifié (1/5, 3/5, 5/5) ou qualifié (atteint/pas atteint). Ça ne sert à rien de choisir un objectif non quantifiable ou qualifiable, car on ne pourra jamais savoir si il a été atteint ou pas.

Par exemple, impossible de se dire : « Je veux parler espagnol en septembre ». Ça veut dire quoi parler espagnol, être capable de commander un sandwich et une bière? Avoir une conversation de 20 minutes avec un autochtone?

Pour notre futur marathonien : A-t-il réussi à courir une heure 2x par semaine pendant un mois? Les réponses possibles sont oui ou non, rien d’autre.

Acceptable (ou Ambitieux, Atteignable)

Un objectif acceptable est un objectif suffisamment grand et ambitieux pour qu’il représente un défi et qu’il soit motivant. Il doit également être atteignable, afin d’être plus facilement accepté. D’où l’utilité de le découper en sous-objectifs plus petits, donc plus facilement atteignables.

Pour notre futur marathonien : Est-ce que courir une heure 2x par semaine pendant un mois est acceptable, ambitieux et atteignable? Sans trop me mouiller, je pense que oui. Une heure 3x par semaine pendant le mois suivant aussi, etc.

Réaliste

Un objectif réaliste est un objectif pour lequel le seuil du réalisme est défini. Notre coureur pourrait vouloir courir comme flash, mais je pense que c’est impossible, donc irréaliste 🙂 Il pourrait aussi se dire qu’il courrait 10 minutes de plus tous les jours, sauf qu’au bout d’un moment il se retrouverait à courir 28 heures par jour… Pas réaliste.

Pour notre futur marathonien : Courir une heure 2x par semaine pendant un mois est tout à fait réaliste.

Temporellement défini

Un objectif temporellement défini est délimité dans le temps, avec une date de fin. L’objectif doit être clairement défini dans le temps par des termes précis comme « d’ici au 31 juin » et non pas par des termes flous comme « le plus rapidement possible ».

Pour notre futur marathonien : Courir une heure 2x par semaine pendant un mois. Il fera le point entre aujourd’hui et dans 30 jours. C’est ok.

Recevez mon ebook gratuit et découvrez 15 méthodes simples (+ bonus) pour économiser de l'argent rapidement et efficacement !

Conclusion sur SMART

Pour conclure, l’utilité d’un indicateur SMART résulte de la précision de l’objectif fixé. Si l’objectif visé est trop vague il n’est pas possible de vérifier s’il a été atteint. Il faut donc bien réfléchir et prendre le temps de bien formuler ses objectifs pour qu’ils soient le plus SMART possible.

Ecrire son objectif

Ça n’a l’air de rien, mais écrire son objectif a plusieurs vertus :
– Le fait d’écrire votre objectif lui permet alors de prendre corps et de le mettre en formes;
– C’est aussi transformer l’énergie de la pensée en énergie de l’action;
– C’est poser l’intention, l’inscrire dans la matière;

Une fois écrit, ça vous permettra aussi de revenir dessus chaque fois que vous en ressentirez le besoin. Croyez-moi, votre cerveau inconscient fera tout pour vous faire parvenir (parole d’hypnothérapeute 😉 ).

D’ailleurs en écrivant ça, je trouve un article intéressant sur quora : « Pourquoi est-il important d’écrire ses objectifs ?« . Je vous laisse y jeter un œil, c’est très intéressant.

Attention à une chose : Ici certains penseront peut être que je tourne dans l’ésotérique ou la loi d’attraction… Je pense au contraire, que je ne fais rien d’autre qu’utiliser des ressources scientifiquement prouvées qui existent vraiment. L’hypnose par exemple lors de coaching, permet une meilleure connexion à son cerveau inconscient et permet d’atteindre ses objectifs plus rapidement.

Le rapport avec les finances personnelles

Maintenant que nous savons comment définir nos objectifs de manière SMART, voyons comment nous pouvons mettre cette nouvelle compétence au service de nos finances personnelles.

Commencer par la base

Si, comme moi, votre objectif final est d’atteindre la liberté financière, voici 3 étapes importantes à mettre en place.

  1. Si vous n’avez pas encore fait votre tableau de dépenses, apprenez à connaître vos dépenses et faites-le tout de suite pour définir votre seuil de liberté. Voir ici comment.
    • Bonus : pour votre cerveau, ce tableau fonctionnera comme un objectif. C’est pas pour rien que je conseille de commencer par là.
  2. Si vous avez des dettes, débarrassez-vous en. Voir pourquoi ici.
  3. Investissez votre surplus dans un véhicule d’investissement (article à venir) et exploitez l’intérêt composé.

Ces étapes passées, vous n’avez plus qu’à viser votre objectif final : La liberté financière.

Commencez par définir des sous-objectifs SMART.

Définir votre propre objectif de liberté financière

Si votre seuil de liberté se situe à 4’000 CHF par mois, fixez-vous comme objectif de vouloir obtenir un revenu passif couvrant 5% de ce montant mensuel d’ici à 6 mois. Prenez donc un papier et écrivez : « Obtenir un revenu passif de 200 CHF par mois d’ici au xx.yy.zzzz. ». Si on est le 1.1.2020, remplacez xx.yy.zzzz par 01.07.2020.

Gardez ce papier à portée de main et visionnez-le dès que possible.

Votre cerveau va faire le nécessaire pour vous permettre d’y arriver. Sans vous en rendre compte consciemment vous commencerez : à lire des livres sur l’investissement, à lire des super blogs inspirants comme celui-ci, à vous inscrire sur plusieurs newsletter relatives aux finances personnelles… Vous achèterez vos premières actions, mettrez en place un système automatique de calcul de rentabilité, ou peut être que vous ouvrirez votre entreprise? On ne sait pas encore, mais votre inconscient va travailler pour vous, c’est une certitude, il ne cherche qu’à vous aider à atteindre vos buts après tout.

Faites le point

Dans 6 mois faites un point de la situation : Votre objectif est-il atteint?

  • Si oui, bien joué! Soyez fier de vous et fixez-vous un nouvel objectif un peu plus ambitieux. Par exemple : « Obtenir un nouveau revenu passif de 300 CHF par mois d’ici au xx.yy.zzzz. ».
  • Si non, apprenez de vos erreurs et voyez où ça a merdé. Ne vous blâmez pas, c’est peut être simplement que votre objectif était trop ambitieux. Aucun problème, apprenez de vos erreurs, ne les voyez pas d’un point de vue négatif, mais plutôt comme une occasion de faire mieux. Ne vous découragez pas, vous débutez dans l’art de définir vos objectifs après tout 🙂 Reprenez votre objectif et modifiez-le, toujours avec la méthode SMART, par exemple : « Obtenir un revenu passif de 100 CHF par mois d’ici au xx.yy.zzzz. ».

J’ai mis en gras les changements par rapport au 1er objectif, pour bien voir les différences.

Recommencez la boucle. Faites un état des lieux de l’avancement de vos objectifs dans 3 ou 6 mois et revoyez-le si nécessaire.

Imaginez que chaque 6 mois, vous vous fixez comme objectif d’ajouter 5% de revenu passif à votre revenu. Après 20 périodes vous serez à 100% de votre objectif final. 20 périodes de 6 mois = 120 mois = 10 ans. En 10 ans vous aurez atteint votre liberté financière et serez devenu rentier. Rien de compliqué non?

Une fois que vous aurez réussi à mettre en oeuvre cette fixation d’objectifs et dépassez votre seuil de liberté, vous arrêterez-vous là?

Recevez mon ebook gratuit et découvrez 15 méthodes simples (+ bonus) pour économiser de l'argent rapidement et efficacement !

Article Categories:
Etat d'esprit · Rat race

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.