Juin 18, 2020
482 Views
3 1

Comment atteindre l’indépendance financière ?

Written by

Comment atteindre l’indépendance financière ?

Revenons aux sources et à l’objectif principal de ce blog avec cette question : Comment atteindre l’indépendance financière ?

La sortie de la rat race et l’indépendance financière sont surtout et avant tout un mindset à avoir.

Aujourd’hui, j’aimerai vous parler de 2 méthodes qui permettent d’atteindre cette liberté financière, en y développant les pour et les contre, selon mon point de vue.

Les 2 méthodes dont je vais parler sont :

  • La règle des 4%
  • La couverture des dépenses par un revenu passif

La règle des 4%

Cette méthode consiste à épargner assez d’argent pendant sa vie active pour pouvoir en profiter pendant sa vie passive. Par assez d’argent, il est entendu qu’il faut arriver à économiser un pécule d’au moins 25 à 30 fois ses dépenses annuelles, et ensuite vivre sur cette économie en en retirant que 4%.

Imaginez donc ceci : Votre état financier vous dit que vos dépenses mensuelles s’élèvent à 5’000 chf, donc 60’000 chf par année.

Avec la règle des 4%, une fois que vous aurez économisé au moins 25 * 60’000 = 1’500’000 chf, vous aurez atteint votre indépendance financière et pourrez prendre votre retraite en vivant sur un retrait de 4% de ce pécule pour le restant de votre vie.

En fait l’idée ici derrière est que ce pécule est toujours investi en bourse avec des méthode de croissance de capital, et vous ne vivez que sur les intérêts que votre capital vous rapporte, sans jamais le toucher.

Au total, vous générez, disons 7% de plus-value par an, avant l’inflation. L’inflation grignote 3% par an en moyenne, ce qui vous laisse 4% de gains que vous pouvez dépenser chaque année, à vie, sans entamer votre capital.

Le capital nécessaire peut aussi être calculé simplement en multipliant par 300 ses dépenses mensuelles :

Dépenses mensuellesCapital total nécessaire
2'500750'000
3'000900'000
3'5001'050'000
4'0001'200'000
4'5001'350'000
5'0001'500'000

En ce qui concerne le temps nécessaire pour économiser ce pécule, le site networthify.com propose un calculateur en ligne gratuit qui vous dira combien d’années il vous reste à travailler pour prendre votre indépendance financière.

J’ai fait une simulation ici avec un revenu annuel de 60’000 chf et un taux d’épargne de 50% et un retour sur investissement (rendement) de 5% :

calculateur retraite anticipée

Faîtes vos propres tests, c’est assez intéressant mine de rien.

Aller au calculateur en ligne.

Essayez aussi de cliquer sur « + Show more options » et changez le « Annual return on investment » pour voir la durée qui change.

Le taux d’épargne

Pour les adeptes de cette méthode, ceux qu’on appelle communément les « frugalistes » dans la communauté de l’indépendance financière, la variable la plus importante est le taux d’épargne.

Ce taux est le résultat de la division du montant épargné par le montant gagné.

Par exemple :

Montant gagnéMontant épargnéTaux d'épargne
5'0001'0001000 / 5000 = 20%
5'0001'5001500 / 5000 = 30%
5'0002'0002000 / 5000 = 40%
5'0002'5002500 / 5000 = 50%

Conclusion sur la règle des 4%

Cette méthode – bien que plébiscitée par la plupart des blogueurs sur l’indépendance financière – n’est, à mon avis, pas applicable à la vie en Suisse, pour les raisons suivantes :

  • Une gestion très poussée des dépenses est nécessaire. La gestion des dépenses doit être poussée à son paroxysme. J’aime connaître mes dépenses, mais je n’ai pas envie de me poser la question « pourquoi je dépense ça » à chaque fois que j’ouvre mon porte-monnaie pour acheter un truc, ou de devoir tenir à jour une gestion des dépenses au quotidien.
  • Cette méthode demande d’être très frugal, car pour économiser de l’argent il faut réduire ses dépenses au maximum, et c’est là qu’on devient presque radin… Exemple : mon collègue français travaillant en Suisse qui vit ici à 41 ans dans un studio pour ne payer trop de loyer; et qui va au bancomat à Chamonix (2h30 de route aller-retour dans voiture-poubelle de 2002) pour éviter de devoir payer des frais de change.
  • On ne peut pas prédire ce qui va se passer dans le futur, que ça soit l’inflation (surtout ces temps, après le coronavirus) ou les variations boursières (comme on vient de vivre).
  • Cette méthode ne permet pas l’utilisation de levier (voir l’article sur les leviers).
  • Elle implique le fait qu’on doit toujours travailler activement pour pouvoir continuer à faire des économies importantes sur son revenu.
  • Elle prend trop de temps et n’est pas assez dynamique.

Recevez notre ebook gratuit et découvrez nos 15 méthodes simples (+ bonus) pour économiser de l'argent rapidement et efficacement !

La couverture des dépenses par un revenu passif

Deuxième méthode pour atteindre l’indépendance financière : la couverture des dépenses par un revenu passif.

C’est cette méthode que j’utilise personnellement pour accéder plus rapidement à ce Graal qu’est l’indépendance financière.

Ici, on va chercher à générer des revenus passifs, qui dépasseront nos dépenses mensuelles.

Si votre état financier vous dit que vos dépenses mensuelles s’élèvent à 5’000 chf par mois, vous devez obtenir au moins le même montant de vos investissements.

Pour ça, j’ai décider d’utiliser (principalement) 2 véhicules d’investissements, qui sont :

  • En premier lieu, l’immobilier,
  • Ensuite, les dividendes.

L’immobilier

En premier véhicule d’investissement, j’utilise donc l’immobilier.

Pourquoi l’immobilier ? La réponse à cette question est simple, l’immobilier offre des rendements de capitaux investis qui vont de l’ordre de 17 à 35%, voire plus. A ma connaissance, aucun autre véhicule d’investissement ne permet d’avoir de tels rendements. A part peut-être avoir sa propre société, mais on n’est plus dans le passif là.

Il y a plusieurs leviers qu’on peut utiliser pour arriver à des rendements comme ça :

  • D’abord et bien sûr, le levier bancaire grâce à l’hypothèque.
  • Ensuite, le levier du type de location (longue durée, saisonnière, courte durée). Pour la faire court, plus la durée est courte, plus le rendement est élevé.
  • Après, le levier des travaux. Acheter un bien pas cher, le rénover et le louer en courte durée pourrait offrir un rendement dépassant les 50%.
  • Il y a aussi le marketing, utiliser une plateforme comme Airbnb permet de toucher beaucoup de monde très rapidement, sans avoir trop d’effort fournir. En tout cas pas en terme de marketing. C’est le site qui s’en occupe, contre une petite rémunération de notre part (3%), ce qui est super intéressant.

Grâce à ces rendements, mes investissements immobiliers génèrent du cashflow tous les mois, grâce aux loyers perçus de mes locataires.

Le cashflow immobilier

Pour rappel, le cashflow c’est simplement la différence entre le coût de la dette contractée et le loyer perçu.

Supposons qu’on ait trouvé un bien à 200’000 chf  qui aurait déjà un locataire en place, payant un loyer de 1’000 chf par mois.

En ayant pris le temps d’entrer toutes nos données dans le Calculateur de Rendement du capital investi RCI (dispo gratuitement ici), on obtient ces résultats :

Investir dans l'immobilier

Notre super fichier nous dit que le coût mensuel de la dette (intérêts + amortissement) est de 425 chf. Avec un loyer de 1’000 chf, le cashflow est de 1’000 – 425, donc 575 chf.

J’apprécie vraiment l’immobilier pour plusieurs raisons, entre autres :

  • Le bien s’apprécie avec le temps, il prendra entre 2 et 3 % de valeur chaque année.
  • Les coûts sont connus d’avance.
  • Je peux connaître mes revenus également à l’avance.
  • J’ai un contrôle sur mon investissement.

Le désavantage est que le prix d’entrée de l’immobilier est cher. Comptez au moins 40’000 chf pour pouvoir acquérir un bien de rendement.

J’ai développé dernièrement une méthode pour réduire ce prix d’entrée (cf. article Investir dans l’immobilier sans argent). Mais même avec ça, ce prix d’entrée est bel et bien existant.

Les dividendes

J’utilise en deuxième ligne d’investissement les dividendes.

Vu que le prix d’entrée de l’immobilier est élevé, il n’est pas toujours possible d’avoir 40’000 chf disponibles pour acheter un bien tous les jours. Je place donc les revenus de mes investissements immobiliers en bourse afin d’en récupérer des dividendes.

J’utilise surtout cette tactique pour que cet argent soit mieux placé que sur un compte bancaire rapportant 0.05% de rendement. De cette manière j’en obtiens 5, 6 ou 7% de rendement, ce qui me convient bien et me permet de ne pas subir l’inflation.

J’ai développé ma stratégie complète ici, si vous voulez un peu de détails sur la manière de faire. Je vous montre comment je fais le pont entre l’immobilier et les dividendes.

La gestion des dépenses et l’état financier

Dans cette méthode – comme dans la méthode de la règle des 4% d’ailleurs, la gestion des dépenses et l’état financier ont leur place bien à elle. C’est grâce à eux et aux indicateurs qu’ils nous donnent qu’on peut mesurer notre état d’avancement et calculer notre Ratio d’Indépendance Financière.

Le Ratio d’Indépendance Financière

Le ratio d’indépendance financière nous indique où nous en sommes dans notre quête. Pour le calculer, on divise la somme de nos revenus passifs par nos dépenses.

Notre but lorsqu’on utilise cette méthode, est que ce ratio dépasse les 100%.

Par exemple :

Revenu passifTotal dépensesRatio d'indépendance financière
5005'000500 / 5000 = 10%
8005'000800 / 5000 = 16%
1'0005'0001000 / 5000 = 20%
1'3005'0001300 / 5000 = 26%

Afin de vous faciliter la vie, j’ai déjà intégré ce ratio dans le fichier téléchargeable « Etat financier » (dispo gratuitement ici).

Ratio d'indépendance financière

J’y ai même ajouté un petit graphique dynamique (se calculant automatiquement), je trouvais ça un peu plus sympa et ludique 🙂

Ratio d'indépendance financière graph

Quel montant investir pour atteindre l’indépendance financière ?

Cette méthode permet de déduire le montant qui doit être investi pour atteindre l’indépendance financière.

De quelle manière, me direz-vous ?

Hé bien c’est assez simple avec un peu de maths. (Oui je sais, désolé si je fais remonter de vieux et mauvais souvenirs 😉 ).

Voici l’hypothèse à poser :

Partons du principe que notre état financier nous dit qu’on a 5’000 chf de dépenses mensuelles; et qu’on arrive à obtenir un rendement moyen de 20% de nos investissements immobiliers combinés à nos dividendes.

Voyons cette hypothèse sous une autre forme : Quel montant investir à 20% de rendement me donne 60’000 chf par année ?

La réponse avec une règle de 3, ou x = le montant à investir :

x * 20 / 100 = 60’000, donc

60’000 / 20 * 100 = x = 300’000.

Analysons ça avec un petit tableau, afin d’être encore plus clair et transparent sur la manière de faire ce calcul :

Dépenses annuellesRendementMontant à investir
25'00020%25'000 / 20 * 100 = 125'000
30'00020%30'000 / 20 * 100 = 150'000
40'00020%40'000 / 20 * 100 = 200'000
50'00020%50'000 / 20 * 100 = 250'000
60'00020%60'000 / 20 * 100 = 300'000

Conclusion sur la méthode de couverture des dépenses par un revenu passif

Cette méthode ne se focalise pas sur un contrôle extrême et permanent de ses dépenses. La gestion des dépenses est évidemment importante afin de ne pas avoir de fuite dans ses finances; mais ici on va plutôt rechercher de meilleurs investissements et faire grandir ses revenus plutôt que diminuer ses dépenses.

C’est bien beau de vouloir diminuer ses dépenses, mais impossible de descendre en-dessous du montant plancher de 0.

Je rajouterai même : impossible d’arriver à 0, on aura toujours des dépenses telles que les courses pour se nourrir, une assurance maladie, frais de déplacement, etc.

Ou alors si quelqu’un connaît une solution pour être à 0 avec ses dépenses, qu’il m’en parle, je pense qu’il y aurait moyen qu’on fasse du business ensemble 🙂

Tandis qu’avec la méthode de couverture des dépenses par un revenu passif, on se concentre sur les revenus. Et avec les revenus : aucun plafond, on n’a pas de limite. Rien de nous empêche, une fois que le ratio d’indépendance financière a atteint les 100%, de le dépasser, même largement.

Ça a un effet bien différent sur notre subconscient :

Avec la règle des 4% on est défensif, on recherchera toujours les meilleurs plans ou les meilleurs moyens d’économiser de l’argent. En faisant ça, on vit constamment avec une certaine peur au ventre, et ça c’est pas bon.

De l’autre côté on recherchera activement des bons placements à effectuer, on vivra avec l’envie de trouver des bons rendements avec pour objectif d’obtenir son indépendance financière.

C’est un sentiment excitant avec un but avéré. Ce sentiment est bon pour nous et notre subconscient aura plus tendance à vouloir nous aider dans cette quête.

D’un côté, on voit la vie comme un économe, de l’autre on la voit comme un investisseur. La différence de mindset est bien là.

Et vous, quelle méthode utilisez-vous (ou souhaitez-vous utiliser) ?

Recevez notre ebook gratuit et découvrez nos 15 méthodes simples (+ bonus) pour économiser de l'argent rapidement et efficacement !

Article Categories:
Liberté financière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *