Warning: preg_match(): Compilation failed: quantifier does not follow a repeatable item at offset 63 in /home/lalibertefinanci/public_html/wp-content/plugins/hummingbird-performance/core/modules/class-page-cache.php on line 656

Warning: preg_match(): Compilation failed: quantifier does not follow a repeatable item at offset 63 in /home/lalibertefinanci/public_html/wp-content/plugins/hummingbird-performance/core/modules/class-page-cache.php on line 663

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/lalibertefinanci/public_html/wp-content/plugins/hummingbird-performance/core/modules/class-page-cache.php:656) in /home/lalibertefinanci/public_html/wp-content/plugins/hummingbird-performance/core/modules/class-page-cache.php on line 1221

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/lalibertefinanci/public_html/wp-content/plugins/hummingbird-performance/core/modules/class-page-cache.php:656) in /home/lalibertefinanci/public_html/wp-content/plugins/hummingbird-performance/core/modules/class-page-cache.php on line 1221

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/lalibertefinanci/public_html/wp-content/plugins/hummingbird-performance/core/modules/class-page-cache.php:656) in /home/lalibertefinanci/public_html/wp-content/plugins/hummingbird-performance/core/modules/class-page-cache.php on line 1221

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/lalibertefinanci/public_html/wp-content/plugins/hummingbird-performance/core/modules/class-page-cache.php:656) in /home/lalibertefinanci/public_html/wp-content/plugins/hummingbird-performance/core/modules/class-page-cache.php on line 1225
3ème pilier : vrai ou fausse bonne idée ? - La Liberté Financière
Nov 18, 2020
111 Views
0 1

3ème pilier : vrai ou fausse bonne idée ?

Written by Seb

3ème pilier : vrai ou fausse bonne idée ?

Article « état d’esprit » aujourd’hui, en relation avec le 3ème pilier, une spécialité typiquement helvétique.

On m’a posé plusieurs questions sur le 3ème pilier dernièrement, et j’ai décidé de faire un article sur le sujet, après l’avoir creusé assez loin et surtout dû modifier une des croyances que j’avais ancrée en moi. Ici donc, je devrais simplement démonter l’idée que le 3ème pilier en Suisse est vraiment intéressant.

L’idée originale de ce post vient de cet article du site investir.ch qu’on m’a transmis : Titres dans le pilier 3a ou 3b? Qu’est-ce qui est le plus judicieux?

Donc pour résumer : Faut-il avoir des titres dans un 3ème pilier 3a ou 3b ?

J’ai beau retourner cette question dans ma tête dans tous les sens, mais je n’arrive pas à me résoudre à essayer d’y trouver une réponse. Vous allez comprendre pourquoi.

Beaucoup de monde dit que c’est bien d’avoir un 3ème pilier, en particulier les frugalistes, qui cherchent à diminuer leurs dépenses au minimum.

De mon côté, je pense que je ne suis définitivement pas fait pour être frugal 🙂

Même ma fiduciaire

J’en avais discuté avec la fiduciaire à qui je délègue le remplissage de ma déclaration d’impôts

Je me posais déjà la question du 3ème pilier il y a quelques années, sans avoir trop creusé le sujet (à regret), et il m’avait affirmé en disant que c’était bien de faire un 3ème pilier, pour la simple et bonne raison que ça fait diminuer son TMI.

Pour être honnête, je croyais ce qu’on me disait et que c’était bien pour ma prévoyance, mais aujourd’hui ça a changé.

Mais il faut dire que cette fiduciaire est spécialisée dans les déclarations d’impôts des particuliers. Il font ça à longueur de journée (voire d’année) et ne doivent pas être souvent confrontés à des gens comme moi, qui essaient de trouver des moyens de combattre ces habitudes et qui sortent des cases.

Et il n’avait pas fait attention qu’en début 2018 j’avais environ 20K chf sur le compte de mon courtier en ligne, et que début 2019 j’en avais presque 40K chf…

Maintenant je vous dévoile le fond de ma pensée et de mes réflexions à propos de ce 3ème pilier.

Au final, c’est une question de coût d’opportunité.

Etat financier et dépenses, quid du 3ème pilier ?

Lorsqu’on parle 3ème pilier, on fait indirectement allusion à nos dépenses et à notre état financier. En effet, une cotisation régulière au 3ème pilier permet de faire diminuer le poste impôts de nos dépenses, ce qui n’est pas négligeable.

Mais si on changeait un peu notre perception, et qu’au lieu de penser à diminuer ses dépenses, on pensait plutôt à augmenter nos actifs (et donc nos revenus), comme on devrait le faire en rédigeant notre état financier ?

Voyons tout ça ensemble.

Monsieur Chappuis

Notre victime de ce jour s’appellera Monsieur Chappuis, voyons un peu à quoi il ressemble, financièrement parlant 🙂

Ce monsieur a un revenu de 91’000 chf par année, ou 7’000 chf par mois et il vit en Valais, plus précisément à Chamoson (je dis ça au hasard, tout est inventé). Il est célibataire et n’a pas d’enfants.

Monsieur Chappuis paye un impôt d’environ 16’509 par année (source : calculette impôts Valais). Je dis bien environ, car il aura certainement des déductions à faire. Là je n’ai utilisé qu’un montant brut sans trop me poser de questions.

Hypothèse 1 : Cotisations régulières au 3ème pilier

Disons que ce monsieur est né en 1990, il a donc 30 ans, et il va cotiser pendant 35 ans jusqu’à sa retraite.

Si ce monsieur a décidé de faire des cotisations mensuelles au 3ème pilier et qu’il déduit le montant maximum (6’826 chf pour 2020, 6’883 chf pour 2021), il fera une économie d’impôts de 2’456 chf (source : calculette Economies fiscales avec le pilier 3a de Postfinance).

Pour simplifier le calcul, on dira qu’il cotise mensuellement, à chaque fois le même montant, et n’effectuera aucun retrait pendant toute la durée qui lui reste.

Sa cotisation mensuelle se monte à 568 chf (6’826 / 12). Au total il aura cotisé un montant de 238’910 chf et aura ainsi réalisé une économie d’impôts de 85’960 chf (2’456 * 35).

Comme il envoie ses cotisations sur un 3ème pilier 3a dans une banque helvétique, avec un taux d’intérêt de 0.3% (source : moneyland), son capital à la retraite sera de 251’506.35 chf (même source).

Quand il retirera ce montant à 65 ans, il sera imposé à hauteur de 17’902 chf (source : calculateur BCV).

Note : Ce monsieur économiserait 1’968 chf d’impôts si il vivait à Matran (canton de Fribourg), ou 2’320 en vivant à Genève, donc faites votre propre simulation si vous voulez approfondir le sujet 😉

Les résultats sont toujours dépendants de votre situation, votre revenu, état civil, domicile, etc. Vous avez tous les liens pour trouver les infos nécessaires 😉

Autres possibilités de 3ème pilier 3a

Dans cet exemple, je pars du principe que ce monsieur envoie son argent dans un 3ème pilier bancaire, ne rapportant que 0.3% d’intérêts par an. Mais d’autres fondations proposent des 3ème piliers qui peuvent être plus rentables.

On retrouvera par exemple finpension, avec qui on peut choisir la stratégie qu’on veut qu’ils utilisent pour investir notre argent. Ils ont des résultats intéressants, comme on peut le voir sur leur site (avec la stratégie actions 100, donc 100% en actions) :

finpension 3a

Pour les besoins de cet article, partons du principe que Monsieur Chappuis n’a aucune connaissance en finances et qu’il a signé un contrat pour un 3ème pilier avec le premier courtier qui lui a fait une belle présentation. Ca arrive bien plus souvent qu’on croit… c’est d’ailleurs pour cette raison que j’avais fait un 3ème pilier lié avec une assurance vie il y a une douzaine d’années.

Recevez mon ebook gratuit et découvrez 15 méthodes simples (+ bonus) pour économiser de l'argent rapidement et efficacement !

Hypothèse 2 : Investissement régulier

Mêmes données, mêmes montants. Sauf que cette fois, Monsieur Chappuis a trouvé un véhicule d’investissement (bourse) qui lui convenait et arrive à en obtenir 6% de rendement par an. De plus, comme il est intelligent et financièrement instruit, il a décidé d’utiliser la magie des intérêts composés*.

On pourrait imaginer que ce monsieur a décidé d’utiliser la stratégie boursière d’achat au cours moyen et qu’il a investi régulièrement dans un bon ETF, par exemple.

*A propos des intérêts composés, j’ai développé un calculateur d’intérêts composés avec versement mensuel en ligne pour les besoins de cet article (et pour les autres aussi, avouons-le ;)), profitez-en !

Vous pouvez accéder au Calculateur d’intérêts composés avec versement mensuel ici.

Le calculateur en action

intérêts composés

calcul des intérêts composés avec 6% de rendement

Le calculateur d’intérêts composés nous montre qu’avec un versement mensuel de 568 chf, un rendement (taux d’intérêt annuel) de 6%, sur une durée de 35 ans nous donnera un capital de 809’235.45 chf.

Simulation

A noter que ces 6% de rendement ne sont là que pour cette simulation hein…

Par exemple, Marc Pittet, du désormais célèbre blog mustachianpost.com a réalisé une interview de l’équipe Daubasses (voir l’interview complète ici). Les Daubasses sont spécialistes dans l’investissement « dans la valeur » (le value investing en anglais).

Value investing

Une petite explication s’impose ici : Le value investing consiste en l’achat d’actions « bradées » ou décotées, c’est-à-dire lorsque leur cours est en-dessous de la valeur réelle d’une entreprise. C’est précisément ce que fait le grand investisseur milliardaire Warren Buffet, au passage.

Pour mieux comprendre, imaginons qu’une société possède des actifs tangibles en cash, créances clients, stock, immobilier ou autre, pour un montant total de 10 Milliards de chf. On peut retrouver tous ces actifs dans leurs bilans, qui sont publics pour une société cotée en bourse (sauf erreur).

Si ils ont 200 millions d’actions en circulation, la valeur réelle d’une action est de 50 chf (10 Md / 200 Mios).

Mais comme on le sait, la bourse a des hauts et des bas, et le cours d’une action est souvent différent de ce qu’il devrait être. Dans ce cas, si l’action cote à 40 chf, on peut dire qu’on a une plus-value potentielle de 125% réalisable ici (50 / 40), voilà simplement comment ça marche.

Bon ok, dit comme ça, ça a l’air simple, mais je ne vous cache que c’est très compliqué à analyser les bilans d’une société… Heureusement, les Daubasses et leurs amis sont là et font ce boulot à notre place !

Si ceci vous intéresse, je ne peux que vous renvoyer vers l’interview des Daubasses réalisée par MP et vous conseiller de profiter de leur offre de 1 an + 6 mois à 119€, le ROI est quasi garanti si vous suivez ce qui se passe sur leur forum. J’ai personnellement profité d’une précédente offre et j’en suis très satisfait actuellement, avec des performances encore meilleures qu’espéré 🙂

Les intérêts composés

Bref, dans cet interview, on voit qu’on peut « facilement » atteindre une performance de 15% par année, ce qui change considérablement le résultat obtenu avec nos données d’en-dessus :

intérêts composés 15%

Calculs des intérêts composés avec 15% de rendement

Et là, on se retrouve avec plus de 8’300’000 chf de capital après 35 ans…

Gains en bourse et impôts

J’ai fait allusion aux Daubasses et l’investissement en bourse car en Suisse on a une particularité là-dessus.

En tant qu’investisseur privé : On n’est pas taxé sur les gains en capital lorsqu’on fait un gain si on a possédé une position plus de 6 mois.

Par contre on peut être taxé si on achète et vend une position en moins de 6 mois de possession.

De plus, d’après les Daubasses, leur durée de détention moyenne d’une position est d’un peu plus de 2 ans, on évite donc une taxation supplémentaire importante ! Ca serait dommage de louper cette occasion 🙂

La seule taxe qu’on aura, c’est l’impôt sur la fortune. Celui-ci se monte à environ 1/1000 de notre capital… donc pas grand chose : avec un capital de 40’000 chf, on paie 40 chf d’impôts, ça va quoi 🙂

Rendements avec l’immobilier

L’immobilier est un de mes véhicules d’investissement préféré, et pour cause : J’arrive à obtenir plus de 35% de rendement avant impôts d’un de mes investissements immobiliers, que j’exploite en location courte durée sur Airbnb (cf. cet article).

Je vous laisserai tester vous-même le calculateur d’intérêts composés, juste pour rigoler 😉

Malheureusement ce calculateur ne s’applique pas dans ce cas, car il est impossible de faire un investissement immobilier chaque mois, avec seulement 568 chf 🙂

Mais si vous voulez plus de détails sur ma manière de faire, j’avais dévoilé ma stratégie dans cet article. Rien de bien particulier il faut avouer, mais j’étais assez fier de mon infographie à l’époque 🙂

En fait, ce que je recherche, c’est de toujours faire travailler mon argent, afin que les intérêts soient le plus composés que possible.

*ça me fait d’ailleurs penser que je pourrais ajouter une fréquence de versement (mensuelle, bi-mensuelle, etc.), plutôt que forcément partir sur du mensuel, qu’en dites-vous ?

Immobilier et impôts

L’immobilier est taxé de plusieurs manières (si acheté en nom propre. Cf. mon article Investir : via société ou nom propre ?) :

1. Sur chaque loyer perçu. D’expérience, je compte environ 8% du loyer brut qui part en impôts.

2. Lors de la revente, si une plus-value est réalisée. Cette plus-value est taxée de manière dégressive selon le nombre d’année de possession du bien. Pour le Valais, on peut trouver la tabelle officielle ici.

Immobilier et prise de valeur

L’immobilier a avantage certain sur pas mal d’autres véhicules d’investissement, c’est que sa valeur augmente avec le temps en général.

En moyenne, on peut dire que le prix de l’immobilier a eu une croissance de 2 à 3% ces 20 dernières années. Espérons que ça ne change pas 🙂

Mais je tiendrai pas compte de ce nombre, pour simplifier le calcul.

Comparaison

On arrive à la conclusion de cet article : Comparons les 2 manières de faire. Vous allez voir et vous devriez l’avoir déjà compris, la comparaison va être relativement rapide 🙂

Voilà donc un petit tableau récapitulatif :

 3ème pilierInvestir en "solo"Gagnant
Capital versé/investi sur 35 ans238'910 chf238'910 chfPersonne, le capital investi est identique
Rendement0.3%. Faible
Si seulement un compte bancaire est utilisé.
De l'ordre de 6 à 35%...
Si on sait ce qu'on fait.
Investir en solo offre de meilleures rendements.
Capital à terme251'506.35 chf809'235.45 chf
(à 6% de rdmt)
Investir en solo offre est largement mieux dans ce cas de figure.
Economie d'impôts sur la durée85'960 chf0
On pourrait même dire négative, car son TMI risque d'augmenter avec le temps
Le 3ème pilier offre une réelle économie d'impôts.
Impôts lors du retrait17'902 chf0Aucune taxe quand investit par soi-même, par contre on est taxé sur la fortune à hauteur de 1/1000 tout au long de sa vie.
Capital total réel à terme233'604 chf809'235.45 chfInvestir en solo est donc bel et bien beaucoup plus intéressant !

On voit que même si on devait enlever 10% du capital à terme investi en solo, on serait encore largement bénéficiaire par rapport à un 3ème pilier classique.

Conclusion

Pour quelqu’un qui n’a aucune connaissance et pas envie d’en acquérir (et oui, ça existe), un 3ème pilier peut être intéressant car il fait économiser réellement des impôts et force une épargne. C’est sans tenir compte de l’inflation, qui grignotera tout le pécule économisé sur la durée.

Mais pour quelqu’un d’instruit, comme vous lisez ceci, à mon avis, vous auriez plutôt intérêt à vous en détourner et à commencer à investir régulièrement dans un bon véhicule d’investissement. Les intérêts composés sont de votre côté, et comme on l’avait vu, le taux d’intérêt est une variable prédominante dans l’équation des intérêts composés, ça serait dommage de passer à côté.

Note : Je ne suis pas un conseiller en planification de prévoyance, ni un conseiller financier professionnel et n’ai pas l’intention d’en devenir un. Toutes les infos partagées ici le sont à titre de divertissement et doivent être interprétées comme tel. Je ne suis pas responsable et ne peux en aucun cas être tenu responsable d’une quelconque perte subie suite à une lecture sur ce blog. Tout investissement comporte des risques.

Recevez mon ebook gratuit et découvrez 15 méthodes simples (+ bonus) pour économiser de l'argent rapidement et efficacement !

Commentaires sur 3ème pilier : vrai ou fausse bonne idée ?

5 réponses à “3ème pilier : vrai ou fausse bonne idée ?”

  1. Je ne pense pas que cette comparaison soit très équitable.
    Une personne qui ne sait pas investir dans un troisième pilier en actions ne va pas réussir à 6% par an. Cette personne va simplement laisser son argent sur un compte bancaire et comparer à un troisième pilier bancaire donne l’avantage au 3ème pilier.

    Si on compare une personne investissant à 5.5% dans un troisième pilier et à 6% en bourse, c’est déjà beaucoup plus raisonnable. En plus de cela, l’argent économisé en impôts peut être investi à 6%.

    Après effectivement, si tu veux comparer avec du rendement à 35%, le troisième pilier ne pourra rien faire.

    • Seb dit :

      C’est justement l’idée là derrière, je fais exprès de comparer un char d’assaut avec une Ferrari, histoire de faire réfléchir les gens.

      En général les gens (que je connais très bien) ont fait des simples 3ème pilier bancaires ou assurance. Ça ne sert à rien d’autre qu’à déduire des impôts car les rendement sont négligeables.

      Malheureusement la majeure partie des gens n’est pas informée et continuera de se faire avoir par des banquiers ou des courtiers qui ne cherchent que leur commission, et là aussi j’en connais une flopée.

      C’est le système en général qui me déplaît : ok tu peux économiser des impôts, et c’est d’ailleurs ce que mettent en avant les vendeurs de 3ème piliers, mais il y aurait beaucoup mieux à faire avec cet argent.

      Après ici je fais surtout allusion aux 3ème piliers classiques et sur lesquels on n’a aucun contrôle, il y en a d’autres comme finpension où là ça devient plus intéressant. Je me suis d’ailleurs ouvert un compte sur finpension suite à ton récent article, histoire de voir si les résultats vendus sont au rendez-vous.

      Mais pour moi ça reste quand même une solution « poudre aux yeux », car on peut retirer bien plus de son argent quand on sait ce qu’on fait.

  2. Guillaume_GVA dit :

    Hello,

    Merci pour cet article.

    Je partage l’avis de Mr. The Poor Swiss.

    Le scénario « 3ème pilier » me semble incomplet. Il devrait inclure le coût d’opportunité du montant d’impôt économisé.

    CHF 2’456 investi 1 fois par an pendant 35 ans à 5% donneront CHF 221’000.

    Le montant final, après déduction de l’impôt lors du rachat du 3A, sera de CHF 454’000.

    Reste inférieur au scénario « investir en solo ».

    J’ai comparé avec une solution alternative 3A.

    1) CHF 6’826 placé annuellement pendant 35 ans avec un rendement de 6% donnent 616’526 ou 553’496 (impôt CHF 63’030) après impôt (calculette BCV, Chamoson, célib sans enfant, sans religion, retraite à 65 ans)

    2) CHF 2’456 d’économie d’impôt investi annuellement pendant 35 ans à 6% donneront CHF 273’684

    soit un total de CHF 827’180.

    Selon calculateur de la BCV, 5 retraits échelonnés du 3A permettent d’économiser CHF 30’440 d’impôt portant le total de la fortune à CHF 857’620.

    Afin d’être plus fin dans le résultat final, il faudrait refaire des simulations dans laquelle le 3A « perd » 1/5 de sa fortune dans les 5 dernières années à la suite des rachats, alors qu’un montant identique (rachat est aussitôt réinvesti) est investi dans la fortune privée. Placé à 6% avec une stratégie identique, le résultat ne devrait pas trop différer.

    Calculette Future Value of Periodic Payments Calculator – https://keisan.casio.com/exec/system/1234231998

    • Seb dit :

      Hello Guillaume,

      Merci pour ce commentaire très intéressant et pertinent.

      Dans cet article, j’ai pris volontairement un exemple de 3ème pilier bancaire ou assurance (qui ne rapporte presque rien), car c’est ce que la majorité des gens se voit proposer. A ce que je sais, il est rare que quelqu’un se voie proposer un 3A offrant un rendement de 6%. D’ailleurs, où est-ce que tu as pris ce taux de 6% ?

      D’où ma conclusion, ou je dis bien que pour quelqu’un qui n’a aucune connaissance, ça peut être intéressant. Mais si on s’y connait un peu, on sait qu’on peut obtenir des rendements supérieurs à 6%, et là ça devient vraiment intéressant sur la durée.

      En fait la clé du problème se trouve dans les rendements qu’on arrive à obtenir, et en général on peut être bien meilleur avec ses propres investissements, plutôt qu’en plaçant son argent institution (qui se rémunère au passage).

  3. Guillaume_GVA dit :

    Hello Seb,

    J’ai repris le rendement proposé dans la solution « investissement libre ».
    Selon le type de 3A, parts en actions, obligations, immobilier, matières premières, les rendements pourraient bien sûr être plus bas. L’investisseur pourrait être plus conservateur est faire ses calculs en optant pour 3, 4% ou tout autre montant avec lequel il est à l’aise sur base de sa stratégie.

    Les 3A avec >90% ETF actions et faible coût sont des produits récents. L’historique des performances est limitée.

    Certains fonds indiciels offerts par les prestataires peuvent donner quelques indications.
    Exemple VIAC
    CH0198191493 CSIF (CH) III Equity World ex CH – Pension Fund ZBH.
    Performance cumulée de 76.3% depuis le 30 juin 2013 (date de création), soit 10.9% annualisée.

    CH0033782431 CSIF (CH) Equity Switzerland Large Cap Blue ZB
    Performance cumulée de 63.26% depuis le 30 septembre 2007 (date de création), soit 4.86% annualisée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *